Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un ange est passé...

Publié le par Pupucefreewoman

Un jour de réunion annuelle de planning funeste, la Mort parcourait la liste des victimes potentielles et s’écria du haut de son trône :

-         Six ??!! Ils sont six ??!! Oh mais il y a bien trop de chats heureux dans cette maison. C’est insupportable. Je vais m’occuper personnellement de leur cas.

Et quand la Mort dit qu’elle va s’en occuper, il y a toutes les raisons de s’inquiéter.

Heureusement, la Mort comptait parmi ses subordonnés un espion tout dévoué à la cause de la Vie. Sitôt prévenue, la Vie s’insurgea contre la Mort qui lui ricana au nez, certaine cette fois-ci encore de gagner la bataille.

-         Tu as six beaux chats heureux ici, je t’en prendrai la moitié cette année, c’est décidé. Et, il en restera toujours trois autres pour un prochain planning !

La Vie vacilla en entendant cette sentence, mais elle n’était pas résignée. Elle pouvait encore missionner un ange sur le terrain pour contrecarrer les plans de la Mort.

Un ange fut donc envoyé. Il naquit malade, fut adopté puis abandonné. Après un long périple, il trouva tout seul la maison aux six chats et s’y fit recueillir. Il ne lui restait à ce moment là plus qu’un mois pour mener à bien sa mission, et il le savait. Malgré son corps malade, il débordait d’énergie dans la maison. La Mort le remarqua et, tellement ravie de l’opportunité qui s’offrait à elle, trop pressée de se régaler de cet être fragile et gai, elle tomba dans le piège et prit la petite vie en quelques heures, en oubliant les trois autres… L’ange était venu pour détourner des autres chats ce regard funeste, il avait réussi.

Les six chats heureux furent épargnés, la Vie avait triomphé.

 

 

Un ange est passé chez moi. Il avait un an. Il s’appelait Azlan.

 

 


 

Publié dans Les chats de la maison

Partager cet article

Repost 0

Raid diurne dans le placard à croquettes

Publié le par Pupucefreewoman


J’arrive, il est 12h30. Une heure pour déjeuner, top chrono. Comme d’hab j’ouvre la porte d’entrée en préparant le blocage de Virgil qui va forcer le passage pour sortir. Tiens, nan. Pas de Virgil. Je rentre, bonjour à … 6 chats. Sur 7. Aaahh, ba Virgil, avachi sur le canapé, pas le courage de se lever. Pas l’air malade pourtant. Nan. L’air même plutôt satisfait. Bizarre. Bon, pas le temps ce midi de chercher plus loin. Vite dans le garage, direction le placard à croq… Arrgh… QUI A FAIT CA ?! Le placard a de grosses portes coulissantes qui ne coulissent pas très bien. Une des portes est pourtant ouverte d’une dizaine de centimètres, le sac de sciure de Miss Biscotte, déchiqueté et à moitié sorti du placard, ayant de toute évidence servi de levier. J’ouvre la porte. A l’intérieur, le seul paquet de croquettes qui n’avait pas encore été transvasé dans une boite en plastique hermétique, est lacéré et vidé. Y en a partout, des croquettes, particulièrement dans les rails des portes coulissantes. Je sens que je vais m’amuser à les y déloger… Et là je retourne dans le salon et je regarde Virgil. Il a changé de place. Vautré sur l’arbre à chat devant la boite-à-cancans (la fenêtre qui donne sur la rue), il essaie de trouver une position confortable à son effectivement gros bidon. Je ne lui ai jamais vu un air aussi satisfait, et pourtant il est très souvent satisfait de lui, ce chat.

Là, ce qui m’inquiète, c’est le « jamais deux sans trois » !


Publié dans Les chats de la maison

Partager cet article

Repost 0

Lâché de chevaux

Publié le par Pupucefreewoman

Hier soir, grand bonheur : j’ai fait passer mes deux vieux chevaux dans la deuxième moitié de leur pré. Méééé, j’aime bien me faire désirer ! Alors, j’ai ramené quelques isolateurs, un coupe haie, et j’ai tranquillement réparé et dégagé une partie de la clôture, juuuste sous leurs yeux. Inutile de préciser que j’ai été épiée, et que de nombreux allers et retours ont été faits le long de la clôture de séparation, parce qu’ils savent trèèèèès bien ce que ça veut dire…

Et c’est là que c’est sympa, quand je leur ouvre la nouvelle parcelle : ça commence tout doux, ils s’enfoncent dans une mer de boutons d’or, et pis à un moment, Urlevent décide de fêter ça. Galops, sauts de mouton, coups d’ cul, et tout ça avec la queue bien haute et le nez au vent (c’est son ¼ de pur sang arabe qui ressort). Il finit par s’arrêter net et souffle, et ronfle, et s’ébroue ! Ah il a fière allure mon Urlevent ! Quassia, lui, en bon vieux trotteur qui se respecte, se fait deux trois petits tours de galop, fait gaffe en prenant ses virages, et s’arrête assez vite parce que, pfff, c’est fatiguant de courir, hé ho !

C’est un spectacle qui valait bien une heure de débroussaillage !

 

Publié dans Chevaux au pré

Partager cet article

Repost 0

Raid nocturne dans la cuisine

Publié le par Pupucefreewoman


Il est 7h30. Je suis à la bourre, comme d’hab. Je descends les escaliers, en évitant de shooter du pied les chats qui me font des queues de poisson pour passer devant. Sept points d’interrogation se pressent autour de moi (la queue d’un chat, quand il réclame à manger, forme souvent un crochet haut perché, à la manière d’un point d’interrogation). Ca miaule à tout va. Oooonnn a faaaiiimmm ! Arrivée à la cuisine, j’allume la lumière. Ca pique les zieux, la lumière. Et là, je vois le désastre : par terre, devant le vaisselier-garde-manger, je vois pêle-mêle des serviettes, des torchons, des boîtes de condiments, et surtout des paquets de BN éventrés… les BN ont bien tenté de s’échapper, mais tous ceux qui sont sortis des paquets ont été capturés et méticuleusement grignotés aux 4 coins. Ils sont une demie douzaine, à la fraise et au chocolat, à décorer le carrelage de la cuisine, entourés des inévitables miettes que le carnage a généré…

Bien entendu, c’est personne. Mes soupçons se portent évidemment sur Virgil, que j’ai déjà vu fouiner dans le vaisselier quelques jours plus tôt. Tous les chats marchent sur les débris comme si de rien était et ignorent complètement tout ce fatras. La prochaine ration de croquettes est leur unique préoccupation.

J’ai laissé les restes de biscuits par terre dans un coin de la cuisine toute la journée, à disposition (perdus pour perdus…), pour voir. Le soir, j’ai pu constater que les chats n’y avaient pas touché. Forcément, il leur manquait ce petit goût inimitable que les chats adorent : le goût du larcin. Même un bout de pain sec sera mangé s’il est volé !

Les chats partagent nombre de nos propres jeux, comme le jeu de cache-cache par exemple, la bagarre (pour de faux bien sûr) ou 1, 2, 3 P’tit Bonhomme de Bois (ou 1, 2, 3 Soleil).

Ex : on mange. Vénus saute sur la table, à l’opposé de nous, et s’assoit. Il y a pas mal de choses sur cette table : l’ordinateur portable, les cd, les câbles, du courrier et à l’autre bout, le nécessaire du déjeuner. Vénus se fond dans la masse. Je la regarde, elle est à côté de l’ordinateur. Je tourne la tête et m’occupe de mon assiette. Une minute après, je relève la tête, et Vénus est juste derrière le pot d’eau. Même position. Pas un bruit. Ni vue ni connue je t’embrouille, elle va refaire son p’tit numéro et aller d’objet en objet, jusqu’à être juste à côté de moi… et de mon assiette surtout. Alors si en plus, elle arrive à glisser une petite patte crochue DANS l’assiette et la tremper dans la mayo, ou en sortir un quelconque morceau (même un légume) sans que je l’aie vue, LE PIED !


Publié dans Les chats de la maison

Partager cet article

Repost 0

Doux Chartreux

Publié le par Pupucefreewoman


C'est un dessin fait aux encres de couleur, mon premier vrai essai couleur en fait... Vu qu'il date de 2004, je vois maintenant plein d'erreurs, forcément! Mais c'est une technique très intéressante, qui apporte beaucoup de profondeur au dessin.

Publié dans News

Partager cet article

Repost 0

Groundhog Day - Un jour sans fin

Publié le par Pupucefreewoman

« Un Jour sans Fin » (Groundhog Day) avec Bill Murray, vous connaissez ? Le type qui revit le même jour pourri encore et encore (un film poilant que j’ai dû voir, pfff, une bonne vingtaine de fois).

Ben moi c’est comme ça depuis trois jours sauf que ça s’empire (ou ça sent pire, comme on veut) un peut plus tous les jours.

Alors comment donc s’en sortir ?

-         démissionner : ça va entrainer des problèmes encore plus pire, donc non

-         adopter un 7ème chat : c’est déjà fait, ça n'a rien changé

-         manger de la chantilly à même le bec verseur après avoir fini toutes les fraises : déjà fait aussi, aucun effet sinon un kilo en plus

-         Attendre que ça se passe… Ah

 

Heeeeeelp !

Publié dans News

Partager cet article

Repost 0

Faut arrêter de charger la mule !

Publié le par Pupucefreewoman


Ya des jours comme ça où, on sait pas pourquoi, mais tout nous arrive dessus, encore et encore tout au long de la journée, et surtout rien n'avance. On accumule les problèmes, des problèmes à régler urgemment c'est une évidence, mais rien de se règle. On aura beau faire, ça n'aura pas avancé d'un poil en 8 heures de temps... On a l'impression de porter sur la tête un gros sac plein de crottes, que les crottes s'accumulent et que le sac (un peu pourri forcément, le sac) menace de craquer à tout moment, et que nan on peut plus prendre de crotte supplémentaire. Et pourtant si, une pelletée de crotte vient s'y rajouter.
Eh ben aujourd'hui c'était comme ça. Sauf que bonne nouvelle, la journée se termine (soupir de contentement) !!

Publié dans News

Partager cet article

Repost 0

Imprimante silencieuse

Publié le par Pupucefreewoman




Au boulot, c'est pas croyable ce qu'il faut être précis dans ses demandes, surtout quand on veut une nouvelle imprimante. Penser à demander une imprimante : "qui imprime", "en recto-verso", "en couleur", "silencieuse", et "de taille acceptable"...
Sinon, vous avez une moissonneuse-batteuse, qui éventuellement imprime (et encore, je parle même pas des adresses IP qui envoient tout où elles veulent)...
Les GeWi (Gentils Wishmasters) sont parmis nous ! Gniaf gniaf gniaf

Publié dans News

Partager cet article

Repost 0