Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Intégrer un nouveau chat dans un groupe

Publié le par Pupucefreewoman

Délicat moment que celui de l’arrivée d’un nouveau chat dans une maison qui en compte déjà plusieurs. Nous n’avons jamais essayé d’intégrer un chat adulte, seulement des chats de 5-6 mois au plus. A cet âge, ils n’ont pas encore atteint leur maturité sexuelle, et ne connaissent pas les protocoles sociaux et territoriaux des chats adultes.

A l’arrivée du nouveau chat, nous préférons l’isoler pendant quelques jours dans une pièce (en l’occurrence la salle de bain, à l’étage), afin qu’il s’habitue tranquillement à cet environnement inconnu, tout en étant protégé des autres. De l’autre côté de la porte, les chats peuvent sentir son odeur sans être confrontés directement au nouvel arrivant. Les premières nuits, le nouveau chat reste enfermé dans la salle de bain, avec eau, croquettes,  litière, la boîte en osier garnie d’un vieux pull pour y dormir, et des jouets.

Le chat qui a subit différents stress avant d’arriver (abandon, transport, etc) a besoin, de se refaire un petit chez lui et se sentir à l’abri. Pour Cola par exemple, nous l’avons transportée de l’association d’adoption à chez nous dans une boîte de transport en osier (forme d’igloo) et lui avons laissé cet abris dans la salle de bain, pour qu’elle puisse y dormir et s’y sentir en sécurité. Les boîtes de transport en plastiques sont souvent redoutées, contrairement à celles en osier dans lesquelles les chats rentrent plus volontiers.

Le lendemain de l’arrivée du chat, après avoir passé un peu de temps a faire connaissance avec lui, on le laisse sortir sur le palier de l’étage, avec accès direct à notre chambre. Nouvelle exploration. Nos autres chats peuvent alors l’observer de loin. Ils sont inquiets et ont peur. Mais ils se risquent à revisiter la salle de bain pour sentir l’odeur que le nouveau chat a laissé dans la pièce.

Les crachats et grognement sont inévitables. L’important est que chacun se sente libre de s’enfuir et de se réfugier dans un endroit sûr, sans  risque de se retrouver acculé.

Le jeune chat zappe beaucoup. Même dans un lieu inconnu, il se mettra d’emblée à jouer s’il se sent en confiance. Cola par exemple, a joué aussitôt arrivée, l’insouciance même. Par contre, nous avons remarqué que chez un chat, même jeune, qui a vécu dehors, l’angoisse est trop forte. Il semble être en mode «survie », dû je suppose au fait que la principale préoccupation de sa jeune vie n’eut été que de trouver à manger et se cacher. Notre chat Tatami, jeté d’un sac de sport dans une friche en plein mois de janvier, est de ceux-là. Je ne sais pas ce qu’il a vécu durant les 5 premiers mois de sa vie, j’imagine qu’il était déjà très craintif. Les conditions de son abandon n’ont pas aidé. Quand je l’ai récupéré, après l’avoir nourrit pendant une semaine sur place, il m’a lacéré la main pour s’échapper en voyant mon mari (il a une peur bleue des hommes). Dans ce cas, il faut beaucoup de patience pour aider ce type de chat : trouver ce qui le réconforte, ce qui lui fait plaisir, venir vers lui doucement en lui parlant d’une voix apaisante, lui présenter différents jeux, essayer de jouer avec lui au calme et sans faire de mouvement brusque. Tatami s’est vraiment détendu à l’arrivée de Vénus et Virgil, c'est-à-dire au bout de 2 ans et demi ! Il est tombé raide gaga de Vénus, et ces deux là sont maintenant copains comme cochon. Depuis, il m’invite à venir jouer à ses jeux dans la chambre, apprécie parfois que je le prenne dans mes bras (mais en général il n’aime pas ça et se tortille comme une anguille), et s’est même installé deux fois sur mes genoux… Et oui, avec un chat pareil, on compte les fois où il nous donne un peu de sa confiance, mais quelle victoire alors !

Les premières déambulations du nouveau chat dans la maison font fuir les autres. Ils se cachent, ils se perchent, pour ne pas avoir à affronter le danger. Mais comme le jeune chat est insouciant et généralement très joueur, il montre vite un inintérêt certain pour les habitants des lieux au profit d’un bout de ficelle, d’une balle ou d’une souris qu’il fait valdinguer dans toutes les pièces. Du coup les autres l’observent. Longtemps. Cela dure quelques jours. Arrive le moment où l’un d’eux va vouloir jouer au même jeu, ou bien le moment où le jeune chat va vouloir faire participer la vieille garde dans un sursaut d’excitation. C’est amusant à ce moment là de les voir essayer de jouer ensemble. Ils hésitent, ont envie, n’osent pas, finissent pas oser. Ne se connaissant pas, ils ne sont jamais sur la même longueur d’onde au même moment, et l’un finit toujours par faire peur à l’autre qui se met à cracher et grogner, le premier répondant en crachat de plus belle. Quelques baffes sont distribuées dans ces moments de confusion. Le tout est de veiller à ce qu’ils ne se fassent pas mal, et servir d’arbitre est parfois nécessaire si le ton monte un peu trop haut. Les petits ne tiennent généralement pas tête !

Au fil des jours, les départs à fond de train du jeune chat ne surprennent plus personne. Même s’ils se chamaillent pour une souris, un bon gros dodo au coin du feu réconcilie et détend tout le monde.

Au bout d’un mois, la nouvelle communauté vit quasiment normalement.

Nous essayons d'adopter deux chats de la même portée plutôt qu'un seul. Le stress est bien moins important : ils restent ensemble, se connaissent depuis toujours et s'amusent dès leur arrivée en se moquant bien des gros grincheux qui les regardent où du lieu où ils atterrissent. Nous avons vraiment vu la différence avec un chat arrivé seul.



Publié dans Comportement du chat

Partager cet article

Repost 0

L'arrivée de Cola

Publié le par Pupucefreewoman

Après la disparition de Virgil et la mort de Chaussette, c’était pas la joie à la maison. A chaque distribution de croquette je ne voyais plus que quatre queues en forme de point d’interrogation se presser autour des gamelles, ça ne faisait plus vraiment tribu tout ça. En plus, la pensée de nos chats disparus nous laissait le cœur gros…

J’avais vu chez le véto une affiche pour les portes ouvertes de l’association Chiens Chats & Compagnie (http://chienschatscompagnie.free.fr/index.html). Décision fut prise d’y aller.

Dès qu’on est arrivé dans le local de l’asso, on l’a vue : toute mimi crevette, de grands yeux, Cola avait une bonne tête de gentille. On l’a prise dans nos bras, elle s’y est installée l’air satisfait. C’était gagné !

Trois jours après, elle est arrivée chez nous. En quelques jours, elle s’est très bien intégrée dans le groupe. Elle joue encore beaucoup toute seule (les fausses souris ont sa faveur), et intrigue du coup les autres. Petit à petit elle se rapproche d’eux, les titille ou leur saute carrément sur le dos ! Ca crache, ça recrache, ça grogne un peu. Et puis ça repart.

Elle est chez nous depuis deux semaines maintenant. Cola est une vraie tornade. Elle a zigouillé une orchidée et son cache-pot, un photophore en céramique, et ce midi une lampe en verre… Les plantes artificielles sont très amusantes à décortiquer, aussi. On avait perdu l’habitude ! Ba, on a vite compris qu’avec les chats, il ne fallait pas s’attacher aux meubles et à la déco. Après tout, ce ne sont que des objets. Je préfère aimer un chat qu’un vase…

En adoptant Cola, nous voulions aider un chat, lui donner une seconde chance. Et en retour, ce chat nous aiderait à passer le cap de la disparition de deux des nôtres. Je pense que c’est réussi.

Bienvenue Cola !


Publié dans Les chats de la maison

Partager cet article

Repost 0

Happy Birthday to Me

Publié le par Pupucefreewoman

Publié dans News

Partager cet article

Repost 0

Les statistiques (1)

Publié le par Pupucefreewoman

Je me suis amusée à regarder les stats de mon blog et en particulier les mots clés qui ont fait atterrir malgré eux les internautes ici. Aujoud'hui, on a :

-         moteur google « tika pilou » : mince, qui c'est qui connaît assez mes chats pour taper leur nom dans google ? ? ah ah ah  les petits malins ces chats, je laisse l'ordi allumé l'après-midi, et à tous les coups ils s'en servent, et pas que pour se coucher sur le clavier, ça doit chatter dur tiens quand je suis au boulot.

-         moteur google « roti de poulain » : eurk ! C'est pas vrai. Y en a qui cherche des recettes sur le net pour pouvoir se bouffer du rôti de poulain... Ya eu aussi www.toile.com pour des côtelettes d'agneau, et encore sur google, construire un barbecu pour griller un agneau entier. En tout cas, z'ont pas dû être déçus de l'accueil ici. Je me souviens de mon p'tit billet d'humeur sur le poulinophagisme, le lapereauphagisme et autres déviances phagiques (ça existe pas , phagique, mais j'fais c'que j'veux, de toute façon aujourd'hui c'est mon anniversaire alors).

-         moteur google « en500a » : quelqu'un d'autre sur terre connaît cette moto ?! Quoi, je ne serai pas donc la seule à conduire une Kawa EN500A ?!!

-         moteur google « blog de severine » : hé oui, comme on dit, ya pas qu'un âne qui s'appelle Martin

-          moteur google « est ce que les chat perdu reviennent» : ben moi j'attends toujours mon Virgil... Pâ revenu. Trois mois quand même qu'il est parti... Mon p'tit Crocro

Publié dans News

Partager cet article

Repost 0

Le livre de Chaussette

Publié le par Pupucefreewoman

Un livre se referme. Un beau livre de 8 ans, qui raconte l’histoire de Chaussette, une jolie minette couleur siamois, avec de grands grands yeux bleus et de grandes grandes moustaches blanches.

Nous n’avons pas lu les premières pages de ce livre, celles des six  premiers mois, car nous l’avons trouvé à ce moment-là de sa vie. Mais quel bonheur de lire ce livre.

Dommage qu’avec ces livres d’amour, l’histoire soit à lecture unique. Impossible de ranger le livre dans la bibliothèque une fois lu et le reprendre un an après. Les pages se désagrègent au fur et à mesure de la lecture. Une page est lue, elle disparaît, et une nouvelle page apparaît pour être lue et disparaître à son tour.

Jusqu’au moment où l'on a attendu la page suivante et qu’elle n’est pas apparue. La couverture s’est refermée, en même temps que les beaux yeux de Chaussette. C’est à ce moment seulement que l’on a su que l’histoire était finie.

J’ai adoré cette histoire…

Publié dans Les chats de la maison

Partager cet article

Repost 0

Chèvre vs Chevaux

Publié le par Pupucefreewoman

Miss Daisy, la chèvre (naine) 60 cm de haut les poils hérissés. En face d’elle, en train de manger leurs granulés dans leurs seaux, Quassia, 1,65 m et Urlevent, 1,50 m au garrot, les chevaux.

Ni une ni deux, Miss Daisy va trouver Quassia d’un pas décidé (toujours), plonge sa tête dans son seau  à lui et commence à manger ses granulés ! Quassia ne bronche pas. Pire, il abandonne son seau de granulés à la biquette !

Quelle caractère cette Miss ! Haute comme elle est, et c’est elle qui fait la loi. Je sens qu’elle va mener mes chevaux par le bout du nez…


Publié dans Chevaux au pré

Partager cet article

Repost 0

Miss Daisy la petite diablesse

Publié le par Pupucefreewoman

Bien décidée à ne pas me laisser envahir plus longtemps par les ronces (je ne suis pas très à jour dans l’entretien des prés, il faut dire), je suis partie à la rechercher de la débroussailleuse idéale : une chèvre. Je ne voulais pas de chèvre naine, mais une vraie grande chèvre, parce qu’une chèvre de 40 cm de haut, dans 1,5 ha de pré, ça va pas le faire.

Et bien j’ai eu ni l’un ni l’autre. Pas naine, mais pas grande chèvre non plus, Miss Daisy est arrivée par un beau matin de janvier. Toute tremblante du voyage en camionnette, la voilà attachée au bout d’une chaîne (beurk) dans le pré, en attendant d'avoir un bel enclos en clôture électrique… Mon chèrétendre me dit aujourd’hui : tu sais, si elle était attachée, et qui plus est, avec une chaîne, c’est p’t’être qu’il y avait une raison…
Depuis son arrivée, je lui ai effectivement fait un bel enclos électrifié qu’elle s’est empressée de détruire. Après plusieurs tentatives infructueuses, je décide de l’installe avec un super système de cordes : 10 mètres de corde au sol reliée à deux piquets et sur laquelle coulisse une corde de 20 mètres, pour lui donner un bon périmètre d’action.
Un matin, j’arrive au pré : plus de Miss Daisy. Les cordes sont restées par terre, sans chèvre au bout. Mince c’est pas vrai. Oooohhééé, Miss Daisy, oooohhééé. Et je retrouve ma Miss Daisy installée dans la réserve de foin des chevaux, grimpée en haut du tas de botte, et qui m’accueille toute contente ! Mince elle arrive à défaire les mousquetons…

Bon du coup elle est en liberté avec les chevaux, qui sont plutôt contents de l’avoir avec eux d’ailleurs. Je crois qu’elle a un faible pour mon grand Quassia…
Côté débroussaillage, effectivement, les ronces, elle les aime. Même la feuille de ronce d’hiver toute dure est mangée avec délectation. Cool.

On va s’attaquer maintenant à lui construire un abri rien que pour elle, un abri plus adapté que celui des chevaux dont l’accès n’est qu’une grosse mare de gadoue quand il pleut.Bienvenue Miss Daisy !

Publié dans Chevaux au pré

Partager cet article

Repost 0