Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

4 articles avec comportement du chat

Tu l'as vu ?

Publié le par Pupucefreewoman

 

Tu le vois 4 17nov13

- Hé, vieux chnok, tu l'as vu ?

- ...

 

Tu le vois 2 17nov13

- Alors, tu l'as vu hein ?

- ...

 

Tu le vois 3 17nov13

- Et là tu l'as vu ?

- ... (soupir)

 

Tu le vois 1 17nov13

- Et là, tu l'as vu, hein dis, tu l'as vu ?

- Oh qu'il me gonfle le p'tit con

 

Tu le vois 5 17nov13

- Et celle-là tu la vois venir ?

- Rhooo là là si on peut plus rire... Mais sinon, dis, tu l'as v... Aouh aouh aouh j'ai rien dit j'ai rien dit !

- P'tit con

- Vieux chnok


Aujourd'hui c'est Dickens le vieux chnok, mais il n'y a pas si longtemps, c'était lui le p'tit con !

 

Publié dans Comportement du chat

Partager cet article

Repost 0

Les relations au sein du groupe

Publié le par Pupucefreewoman

Depuis quelques mois notre groupe s'est profondément modifié suite aux disparitions/morts de Virgil, Chaussette et Tika. Voici mes observations.

Chaussette était la mémère gronchonne du groupe, et aussi (ceci explique cela, ou inversement) le souffre douleur. Elle était régulièrement poursuivie, embêtée et intimidée par Tatami, voire par Pilou, Tika et Virgil. Depuis la mort de Chaussette, c'est Tika qui a hérité du statut de souffre-douleur du groupe. Son frère Tatami l'a souvent attaquée et acculée. Pourtant Tika était une chatte de 5 kg, donc assez imposante, et de nature jalouse. Depuis la mort de Tika, il n'y a plus de souffre-douleur. On a cru un moment que Vénus allait en faire les frais, vu son gabarit et, nous semblait-il, son manque de caractère (on l'appelle parfois notre petite blonde ; l'opposé de son frère Virgil, un vrai clown, avec une forte personnalité) : Cola repoussait les limites du jeu et s'emportait contre Vénus. Tatami est trop puissant pour que Cola se laisse dépassée par son excitation. Elle n'a pas le fond méchant, mais pas le fond d'une crème de chat non plus (elle me rappelle Tika, dans son physique et son caractère, mais bon son séjour en cage y est certainement pour quelque chose). Mais ces derniers jours, les rôles s'inversent, et Cola se retrouve assez souvent acculée par Vénus. Cette dernière est très certainement du même profil que Pilou, ne cherchant pas la bagarre, mais une fois en pétard, ça chauffe. Elle n'hésite plus non plus le matin à venir me réveiller pour avoir ses croquettes : elle monte sur moi, me fait des papouilles et fait tomber les objets de la table de nuit lorsque le réveil a sonné et que je m'attarde un peu. Elle se révèle, parce qu'elle a maintenant la « place » de le faire.

Je note que les deux seuls souffre-douleurs du groupe ont été des chattes.
 
Un autre rôle au sein du groupe est celui de coordinateur : il prend en charge chaque nouveau chat arrivant dans le groupe, à savoir prise de contact et intégration du ou des nouveaux arrivants via les périodes de jeu et d'apprentissage de la hiérarchie. Jusqu'ici, Tatami était le coordinateur. Il avait accueilli Virgil et Vénus, Azlan ainsi que Cola. Lui-même n'avait pas eu de coordinateur, étant arrivé avec sa soeur Tika alors qu'il n'y avait que Pilou et Chaussette. Ce n'était pas encore un groupe à cette époque.

Charly et Charlemagne sont arrivés une semaine avant la mort de Tika. Bien que Tatami joue le soir avec les deux petits, c'est Cola, pourtant arrivée six mois plus tôt et seulement âgée d'à peine un an, qui s'est retrouvée coordinatrice. L'âge ne semble pas être un problème, à partir du moment où la hiérarchie est comprise et respectée.

Tout se passe comme si, à mort d'un chat, le groupe redistribuait son job à un autre membre... A suivre.

Publié dans Comportement du chat

Partager cet article

Repost 0

Le chat qui pisse de joie

Publié le par Pupucefreewoman

Mon gros chat tout roux Pilou est le roi des chats qui pissent ailleurs que dans la litière.

Mais pas n’importe quand.

C’est souvent le matin, au lever (le mien, de lever), qu’il sévit. Ses lieus de prédilection : la baignoire (je n’ai pas de problème avec ça, même si la litière est juste à côté de ladite baignoire), et, plus embêtant, sur la première marche de l’escalier. Aaaah le pipi sur la première marche, c’est que du bonheur. Surtout quand elle est en béton, ça boit… Et puis, Pilou est généreux, on voit qu'il s'est retenu toute la nuit !!

Mais pourquoi le faire au moment où je me lève ? Je me demande, en voyant le comportement des autres, si l’excitation engendrée par la perspective des croquettes à venir n’en est pas le moteur. Mes autres chats, eux, vont : faire du bruit, déchiqueter le journal sur ma table de nuit, me passer dessus sans arrêt, faire tomber des objets… Ils finissent d’ailleurs souvent par se crêper le chignon entre eux. Le pipi de Pilou serait peut être simplement due à un moment de grande excitation. J’ai essayé de le faire arrêter en cours de route, impossible, une fois les vannes ouvertes, il doit finir. Le premier pipi était peut être dû à un manque de temps pour rejoindre un endroit plus convenable, et c’est maintenant devenu un lieu « habituel », malgré la tartiné de produits que j’y ai mis pour l’en dissuader.

Il arrive aussi qu’il pisse sur la marche quand il m’entend arriver, ou quand je suis arrivée depuis peu de temps.

J’ai déjà vu cela chez des chiens, et en ce moment je le constate tous les jours avec mes chèvres qui pissent et crottent dès que j’arrive et que je m’occupe d’elles.

Il ne me reste plus qu’à trouver une solution… !!

Publié dans Comportement du chat

Partager cet article

Repost 0

Intégrer un nouveau chat dans un groupe

Publié le par Pupucefreewoman

Délicat moment que celui de l’arrivée d’un nouveau chat dans une maison qui en compte déjà plusieurs. Nous n’avons jamais essayé d’intégrer un chat adulte, seulement des chats de 5-6 mois au plus. A cet âge, ils n’ont pas encore atteint leur maturité sexuelle, et ne connaissent pas les protocoles sociaux et territoriaux des chats adultes.

A l’arrivée du nouveau chat, nous préférons l’isoler pendant quelques jours dans une pièce (en l’occurrence la salle de bain, à l’étage), afin qu’il s’habitue tranquillement à cet environnement inconnu, tout en étant protégé des autres. De l’autre côté de la porte, les chats peuvent sentir son odeur sans être confrontés directement au nouvel arrivant. Les premières nuits, le nouveau chat reste enfermé dans la salle de bain, avec eau, croquettes,  litière, la boîte en osier garnie d’un vieux pull pour y dormir, et des jouets.

Le chat qui a subit différents stress avant d’arriver (abandon, transport, etc) a besoin, de se refaire un petit chez lui et se sentir à l’abri. Pour Cola par exemple, nous l’avons transportée de l’association d’adoption à chez nous dans une boîte de transport en osier (forme d’igloo) et lui avons laissé cet abris dans la salle de bain, pour qu’elle puisse y dormir et s’y sentir en sécurité. Les boîtes de transport en plastiques sont souvent redoutées, contrairement à celles en osier dans lesquelles les chats rentrent plus volontiers.

Le lendemain de l’arrivée du chat, après avoir passé un peu de temps a faire connaissance avec lui, on le laisse sortir sur le palier de l’étage, avec accès direct à notre chambre. Nouvelle exploration. Nos autres chats peuvent alors l’observer de loin. Ils sont inquiets et ont peur. Mais ils se risquent à revisiter la salle de bain pour sentir l’odeur que le nouveau chat a laissé dans la pièce.

Les crachats et grognement sont inévitables. L’important est que chacun se sente libre de s’enfuir et de se réfugier dans un endroit sûr, sans  risque de se retrouver acculé.

Le jeune chat zappe beaucoup. Même dans un lieu inconnu, il se mettra d’emblée à jouer s’il se sent en confiance. Cola par exemple, a joué aussitôt arrivée, l’insouciance même. Par contre, nous avons remarqué que chez un chat, même jeune, qui a vécu dehors, l’angoisse est trop forte. Il semble être en mode «survie », dû je suppose au fait que la principale préoccupation de sa jeune vie n’eut été que de trouver à manger et se cacher. Notre chat Tatami, jeté d’un sac de sport dans une friche en plein mois de janvier, est de ceux-là. Je ne sais pas ce qu’il a vécu durant les 5 premiers mois de sa vie, j’imagine qu’il était déjà très craintif. Les conditions de son abandon n’ont pas aidé. Quand je l’ai récupéré, après l’avoir nourrit pendant une semaine sur place, il m’a lacéré la main pour s’échapper en voyant mon mari (il a une peur bleue des hommes). Dans ce cas, il faut beaucoup de patience pour aider ce type de chat : trouver ce qui le réconforte, ce qui lui fait plaisir, venir vers lui doucement en lui parlant d’une voix apaisante, lui présenter différents jeux, essayer de jouer avec lui au calme et sans faire de mouvement brusque. Tatami s’est vraiment détendu à l’arrivée de Vénus et Virgil, c'est-à-dire au bout de 2 ans et demi ! Il est tombé raide gaga de Vénus, et ces deux là sont maintenant copains comme cochon. Depuis, il m’invite à venir jouer à ses jeux dans la chambre, apprécie parfois que je le prenne dans mes bras (mais en général il n’aime pas ça et se tortille comme une anguille), et s’est même installé deux fois sur mes genoux… Et oui, avec un chat pareil, on compte les fois où il nous donne un peu de sa confiance, mais quelle victoire alors !

Les premières déambulations du nouveau chat dans la maison font fuir les autres. Ils se cachent, ils se perchent, pour ne pas avoir à affronter le danger. Mais comme le jeune chat est insouciant et généralement très joueur, il montre vite un inintérêt certain pour les habitants des lieux au profit d’un bout de ficelle, d’une balle ou d’une souris qu’il fait valdinguer dans toutes les pièces. Du coup les autres l’observent. Longtemps. Cela dure quelques jours. Arrive le moment où l’un d’eux va vouloir jouer au même jeu, ou bien le moment où le jeune chat va vouloir faire participer la vieille garde dans un sursaut d’excitation. C’est amusant à ce moment là de les voir essayer de jouer ensemble. Ils hésitent, ont envie, n’osent pas, finissent pas oser. Ne se connaissant pas, ils ne sont jamais sur la même longueur d’onde au même moment, et l’un finit toujours par faire peur à l’autre qui se met à cracher et grogner, le premier répondant en crachat de plus belle. Quelques baffes sont distribuées dans ces moments de confusion. Le tout est de veiller à ce qu’ils ne se fassent pas mal, et servir d’arbitre est parfois nécessaire si le ton monte un peu trop haut. Les petits ne tiennent généralement pas tête !

Au fil des jours, les départs à fond de train du jeune chat ne surprennent plus personne. Même s’ils se chamaillent pour une souris, un bon gros dodo au coin du feu réconcilie et détend tout le monde.

Au bout d’un mois, la nouvelle communauté vit quasiment normalement.

Nous essayons d'adopter deux chats de la même portée plutôt qu'un seul. Le stress est bien moins important : ils restent ensemble, se connaissent depuis toujours et s'amusent dès leur arrivée en se moquant bien des gros grincheux qui les regardent où du lieu où ils atterrissent. Nous avons vraiment vu la différence avec un chat arrivé seul.



Publié dans Comportement du chat

Partager cet article

Repost 0