Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les statistiques (2)

Publié le par Pupucefreewoman

 

And ze winner is… le pipi de chat ! Merci à tous ceux qui viennent sur ce blog pour entendre parler de pipi de chat, vous êtes au bon endroit. Ya pas à dire, le pipi de chat, c’est pas sympa, et ça fouette en plus de ça.

Sur le carrelage, le bois, les tissus, dans la baignoire (quoi qu’après tout, qui n’a pas uriné dans sa baignoire ou dans sa douche, hein ?!) ou dans les WC pour les plus acrobates, tout est possible tout est réalisable.

Par contre désolée, je n’ai pas de solution miracle : le bicarbonate, le citron et les HE n’empêcheront rien… Le pipi au coin de la porte marque la limite de territoire, quant au pipi sur le fauteuil, parce que matou n’aime pas son odeur, tu dois te préparer à des années de nettoyage dudit siège ou à son expédition directe à la déchetterie car rien n’y fera. Le pipi de chat, c’est plus fort que toi.


Moins drôle, les nombreuses requêtes sur l’empoisonnement aux anticoagulants qui arrivent régulièrement ici depuis mon post sur la mort de Tika l’an dernier. Mais bon, les fabricants de poisons aux anticoagulants (notre bonne vieille mort-aux-rats) nous assurent que les chiens et les chats n’en mangent pas. Toutes ces requêtes doivent donc être la conséquence d’erreurs de diagnostique… Ou alors c’est la faute des bonnes femmes et leurs mals de crâne récurrents, toujours à laisser trainer leur tube d’aspirine dans le tiroir. Du coup, le chat, un peu suicidaire, il ouvre le tiroir, prend l'aspirine, ouvre le tube avec ses petits bouts de doigt, et pof s’enfile tout le contenu pour être sûr de ne pas se louper… Ca peut être que ça. Je ne vois pas d’autre explication.

 


Mon petit Urlevent est lui aussi souvent demandé, quelle star ce cheval… A moins qu’il s’agisse d’un autre cheval… Ah ben oui, évidemment. Comme on dit, il n’y a pas qu’un âne qui s’appelle Martin.
 

Sinon en vrac :

Bêtises de chats : tout un programme, par où commencer ?

Comportement/caractère du chat roux : euh, le même que celui des chats gris, ou des chats noir et blanc aussi, ou tout blanc, ou gris et blanc, ou seal point, ou brown tabby… Enfin il me semble.

Kawasaki EN500A : Quelqu’un roule encore avec la sienne ? La mienne est bien rangée dans le garage.

Discrimination végétarien/anti-végétarisme : J’ai une proposition : arrêter de dire «môa je suis végétarien » au début de chaque phrases, on passe moins pour des doux rêveurs ou des extrémistes. Enfin il me semble.

Premier parage : je le qualifierai de sportif. Mais ça dépend du cheval j’imagine.

Hémorragie interne chez le cheval : j’aimerai autant éviter, et là j’en suis sûre.

Empoisonnement cheval : pareil, vraiment.

Bienvenu : merci, toi aussi


Publié dans News

Partager cet article

Repost 0

L'arrivée de Dickens

Publié le par Pupucefreewoman

 

Je me croyais pourtant quand je disais : 8 chats à la maison c’est le maximum… C’était sans compter sur notre visite annuelle chez la véto pour le rappel de vaccin de Charly et Charlemagne*.

Une sorte de p’tit puceron tigré noir, tout poilu, tout hirsute, déambulait dans la salle d’attente avec ses deux sœurs. Pas encore de famille pour lui ?

Rhô, c’te bouille qu’il a.

Bon. (Échange de regards avec Chèrétendre).

On vient le chercher quand ?**

 

Quinze jours plus tard, Dickens arrive à la maison. Nous l’installons avec Darla et Darwin dans la salle de bain pour son intégration. Ces derniers en ont leur claque de la salle de bain, ils y dorment depuis un mois et se sentent assez intégrés au groupe pour dormir avec les grands.


D’amblée, Dickens ne veut pas que les deux autres s’amusent avec lui, il se concentre sur ses propres jeux. Au bout de 24 heures, c’est devenu le meilleur pote de Darwin. Il faut 48 heures pour que Darla l’accepte. Rapidement nous les retrouvons endormis tous les trois dans le même panier. Darwin, bonne pâte parmi les bonnes pâtes, se laissent mordre les oreilles par ce loustic d’un mois son cadet.



 

Le reste de la troupe n’a pas rechigné. Qu’ils soient deux ou trois, les chatons c’est petit, insolent et ça court partout. Même plus mal.

 

Rapidement, Dickens, très à l’aise, court dans toute la maison mais n’est manifestement pas propre. Séparé de sa mère à un mois il n’a vraisemblablement pas terminé sa formation aux règles de bienséance du chat. Pourtant, c’est pas faute de s’attaquer à notre rouleau de papier toilette…

Concrètement, s’amuser c’est top, mais la vessie quand elle n’en peut plus elle lâche…

 

 

Pareil au réveil : paniqué il court se cacher derrière un meuble et il vidange. Parfois même, pas le temps de se lever, il s’urine dessus dans son panier de couchage. Le derrière et la queue trempés, il fini immanquablement sous le robinet…

Une seule solution : anticiper. Je le mets dans la litière dès que j’arrive, quatre à cinq fois par jour s’il le faut. Le reste du temps il y va tout seul. Au bout de quelques jours, ce problème de propreté semble être passé… Enfin, je touche de la peau de chat.

 

Dickens est costaud et du genre bagarreur, il n’a pas une p’tite tête de lion pour rien. Au bout de 2 mois chez nous, nous commençons à intervenir lorsqu’il bouscule un peu trop la petite Darla qui, à 5 mois ne fait toujours pas ses 2 kilos (mais où passent toutes les croquettes qu’elle ingurgite ??). S’il mord ou nous agrippe avec ses griffes, un souffle bref sur la tête suffit à le faire lâcher. Ca marche encore sur les chats adultes trop insistants à quémander à notre table.

Lui qui n’avait jamais le temps pour un câlin et un frottage de nez, est maintenant demandeur… Ca joue les p’tits durs, mais c’est que de l’esbroufe, il tête les tétines de laine du plaid...

 



Neuf chats, c’est bien non, ça tombe juste avec les pipettes d’antipuce (par 3 ou par 6)… Sinon après c’est 12 quoi.


 

 

* C’est important, faut le faire. Si.

** Dire qu’à 3 ans, je disais non tout le temps…

 

 

Publié dans Les chats de la maison

Partager cet article

Repost 0

L’histoire des p’tites juments curieuses

Publié le par Pupucefreewoman


Connaissez-vous l’histoire des deux p’tites juments curieuses ? Moi je connaissais celle de la p’tite fille curieuse qui voulait voir le cochon dans sa soue et qui s’est retrouvée sur son dos quand il s’est échappé. Il m’est passé entre les jambes quand on a ouvert sa porte. Ca a longtemps fait beaucoup rire toute la famille… Il y avait de quoi il faut dire, le spectacle de moi à califourchon à l’envers sur le dos de la grosse bête valait le détour, et je serai bien la première à rire du spectacle aujourd’hui. Sur l’instant par contre, pas trop.

 

Non là ce sont deux p’tites juments dans leur pré. Elles s’ennuient ferme. Quand on est jeune, qu’est-ce qu’on s’ennuie, quand même. Et pas une bêtise qui n’ait déjà été faite : la barrière ? Déjà défoncée. Les palettes ? Toutes réduites en allumettes. Les abris des chèvres ? Les quatre fers en l’air. Ppfff, rien, peau d’balle, pas la moindre ânerie* à l’horizon…

Mais si dis donc, il reste l’abris-tout-pourri dans le Pré aux Sapins ! Séquence exploration comme dirait l’explorateur tout sec à la télé.

Pouah, ça pue là-dedans, c’est dégueu ! Du vieux foin tout poussiéreux, des bidons beurk, des bouts de bois sans âge. Tu parles d’un trésor.

C’est quoi tout ces trucs ? Des sacs plastiques avec des restes de bouffe. Le coup d’un pignouf d’homo sapiens, c’est sûr.

Hééé pousses pas ! Mais je veux voir ! Aï-euh ! Pousses-toi, j’te dis.

CccrrrrrrrrCcrrrrrr CRRRC !

Euh, fait tout noir d’un coup. Je veux sortir ! Ba allez, sors ! J’essaie ! Mais pousses-toi ! Ba ziva, regardes toi qu’est la chef, si t’es plus maline, c’est fermé, dis donc. Ba oui, t’as poussé la porte avec ton gros c…

 



Epilogue : un certain (quoiqu’inconnu) nombre d’heures plus tard, les deux p’tites juments curieuses ont été retrouvées saines et sauves, bien qu’assoiffées et pas fières. Quelques litres d’eau salvatrice et une brassée de pommes, un gros dodo (et pas de supo), et c’est reparti pour de nouvelles aventures.

 

 

* désolée pour les amoureux des ânes. J’ai essayé, ça marche pas jumenterie, ni chevalerie non plus.

 

 

Publié dans Chevaux au pré

Partager cet article

Repost 0