Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1 articles avec entre copines

Etre ou ne pas être un rouleau de printemps

Publié le par Pupucefreewoman

 

Hier après-midi, alors que dehors une pluie battante s'appliquait à faire grossir tous les petits cours d'eau de la région, moi je vivais une expérience di-vine dans un lieu merveilleux... Etre un rouleau de printemps.

 

Je vous entends d'ici penser ça y est, on l'a perdue. Que neni, attendez que je vous raconte.

 

Pour mes 40 ans l'année dernière un cadeau inédit m'avait été fait : un "enveloppement" de 45 min chez Caliméro, le centre balnéo du coin (piscine, sauna, hammam, centre de soins). Bien sûr je n'ai jamais mis les pieds dans un tel centre, et n'avais qu'une idée très très vague de ce qui m'attendait. Bien sûr encore, en 11 mois et demi je n'avais pas eu pris le temps d'y aller et la date de validité arrivant à grand pas (et mons 41ème anniversaire aussi par la même occasion) rendez-vous fut pris pour hier après-midi.

 

L'accueil est charmant, les hôtesses charmantes, la vitrine est belle, bref je regarde le parking par la baie vitrée et je me dis qu'on* est bien mieux là que dehors (*Môman en a profité pour s'en faire faire un aussi, plus on est de fous...).

 

Une hôtesse me conduit dans une pièce individuelle. Et quand je rentre, je me confirme à moi-même que oui, on est définitivement mieux ici qu'à plein d'autres endroits (à cette heure-là normalement je devais être à mon bureau avec vue sur le périph).

 

Enrobage 1 2fev14

 

La musique est douce. Le temps d'enlever mes vêtements et d'enfiler avec précaution un petit string en papier tissé et me voilà allongée sur une feuille de cellophane. Ca me fait penser à quelque chose, mais à quoi ?...

La charmante hôtesse s'applique ensuite à m'enduire la couenne de tartare d'algue /me tartiner de crème dessert à la pistache/me passer une couche de boue aux algues marines détoxifiantes sur tout le corps avant de m'enrouler dans le fameux cellophane (les rouleaux de printemps ! C'est ça !). Elle enveloppe le tout dans une grosse couette chauffante et m'abandonne ainsi saucissonnée pendant une bonne demie heure.

Et là je pars. Au sens figuré bien sûr parce qu'essayez donc de partir quand vous ressemblez à un rouleau de printemps. Surtout qu'en quelques minutes s'impose à moi l'idée que je ne souhaite PAS sortir d'ici, non non madame n'insistez pas je reste ici ce soir, et demain et après encore. C'est comme être allongée nue sur une plage de sable chaud (enfin j'imagine, je ne me suis jamais allongée nue sur une plage et encore moins une plage chaude, chez nous c'est l'Atlantique qui vous met la chair de poule juste à le voir). Le sable vous enveloppe totalement, le bruit des vagues (la musique douce en fond c'était ça) vous berce, le temps s'arrête, il n'y a plus rien qui existe que ce présent exquis (pardon Chèrétendre de n'avoir pas pensé à toi à cet instant, mais nous irons ensemble un jour promis ;-)).

Elle a fini par revenir, l'hôtesse. Encore toute embrumée par cette expérience mystique, me voilà sous la douche. Je n'ose pas me regarder. Juste le bras. Ah oui, je suis verte.

 

Enrobage 2 2fev14

 

Maintenant que je ne suis plus au chaud dans mon cocon je n'ai pas de regret à faire partir cette glaise.

 

Enrobage 3 2fev14

 

Hhhhhmm. Le gel douche sent tellement bon, comment c'est possible ? Ca ne sent pas SI BON que ça d'habitude un gel douche. Je l'aime ce gel douche. Tout devrait sentir bon comme ça... Mais je ne savais pas alors de quoi je parlais. L'hôtesse me fait me rallonger et me masse avec un lait corporel divin, je ne vois pas ce que ça peut être d'autre. C'est juste encore mieux que parfait. Mieux que le gel douche.

 

Je ressors de là avec l'air d'avoir vu la Vierge (bon là aussi, comme pour la plage de sable chaud, je n'ai jamais... bref). Assise avec Môman dans un petit salon cosy autour d'une tisane, pardon une infusion, je souris au parking que les bourrasques fouaittent avec rage. Je suis une plume.

 

Une liste personnalisée de produits vendus en boutique est stratégiquement laissée à côté de notre tasse bienfaisante. Autour sont disposés les testeurs correspondants. Hmmm, ça sent bon, c'est doux sur la peau, c'est agréable, c'est... 50 € le pot de gommaaaaaaaaaaaaaaaaage aaarrrggghhaaaaahhh ouuuiiiiii bien sûr mais c'est aux algues, et 30  € le lait corporel de, ah non pas 3 litres, beaucoup moins. Bien bien bien. D'un coup j'entends un peu mieux la pluie s'abattre sur la baie vitrée. La gravité s'impose à moi de nouveau. Je ne suis plus vraiment une plume.

 

Je repars légère quand même, la liste personnalisée et la brochure complète sous le bras parce que je joue le jeu jusqu'au bout même si je n'ai pas pu m'empêcher de calculer qu'un pot de gommage = 1 balle 1/2 de foin, ou 2 blocs de minéraux de 13 kg pour chevaux, ou 60 kg de hâché de volaille pour les chats - et là je vous l'accorde, ça sent nettement moins bon.

 

De retour à la maison, le quotidien et son lot de surprises en tout genre m'attendait. Bibi n'est plus dans la stabulation...

 

 

Publié dans Entre copines

Partager cet article

Repost 0